Portail

SOFFCO-MM

- SOciété Française et Francophone de Chirurgie de l'Obésité et des Maladies Métaboliques -

29 rue Pericaud, 69008 LYON, FRANCE

04 72 62 16 86

EDITO


La France compte aujourd’hui plus de 6 millions de personnes adultes obèses et 14,4 Millions de personnes en surpoids. La proportion de personnes en surpoids ou obèses a progressé de prés de 5% en 6 ans. Si l’on fait une analyse plus précise l’obésité massive a doublé en 6 ans. Cette situation confirme ce que nous observons, une arrivée de plus en plus importante de patients présentant une obésité grave.
L’obésité par les maladies qu’elles provoquent est responsable directement ou indirectement de 55.000 décès par an en France.
Les résultats d’une étude prospective suédoise (SOS) a montré que seule la chirurgie a une efficacité prouvée dans le traitement de l’obésité maladive. Les autres traitements médicamenteux ou diététique sont inefficaces.
L’apparition de la technique de l’anneau gastrique modulable dans les années 1993 a permis une prise de conscience de la part des chirurgiens digestifs d’un vrai problème et d’une demande croissante de patients d’accéder à cette intervention.
A cause d’une diffusion rapide et sous la pression des patients cette intervention a été réalisée en grand nombre (plus de 15.000 en 2003) avec quelque fois une sélection des patients un peu rapide qui a été responsable d’un certain nombre d’incidents et d’échecs liés en partie à un biais de sélection des patients.

Une enquête réalisée par la SOFFCO.MM auprès de 170 chirurgiens a montré que sur plus de 31 000 patients opérés, la majorité des interventions réalisées étaient des anneaux gastriques suivis des Gastroplasties verticales calibrées et des By-pass gastriques. Les dérivations bilio pancréatiques étant plus rarement réalisées.

La chirurgie de l’obésité doit répondre à des règles de bonnes pratiques et intégrer sélection des patients en fonction de leur comportement alimentaire, formation aux différentes techniques chirurgicales, et intégrer un suivi rapproché des patients.

La sélection des patients

Elle doit se faire au sein d’une équipe pluridisciplinaire intégrants, psychiatre, nutritionniste, chirurgien, anesthésiste, diététicienne, il ne s’agit pas d’une décision qui est prise en solitaire par le chirurgien.
Cette sélection en dehors des critères d’index de masse corporelles doit intégrer le comportement alimentaire du patient sa situation sociale, ses capacités à comprendre l’intervention et le suivi ainsi que l’expérience de l’opérateur.
Une fois cette sélection faite le chirurgien qui prend en charge les patients doit avoir la possibilité de proposer la procédure la plus adaptée et donc avoir été formée à au moins trois procédures différentes.
Ensuite le consentement éclairé du patient doit être obtenu et le chirurgien doit pouvoir proposer un programme de suivi des patients avant d’entamer la procédure de prise en charge.

La formation aux techniques

Le chirurgien qui désire prendre en charge les problèmes d’obésité doit avoir été formé aux différentes techniques et réaliser un certain nombre de procédures par an, car certaines techniques demandent une pratique régulière pour diminuer le risque de complications opératoires. Cette technicité ne peut se faire que par le passage au bloc opératoire dans des centres experts et par l’organisation d’une équipe acceptant la prise en charge des patients souffrant d’obésité.
Il est important d’être formé sur le plan technique mais également s’inspirer de la logistique pour pouvoir alléger la charge de travail.
Cette chirurgie doit être réalisée dans des établissements pouvant également prendre en charge les complications et ayant des installations adaptées au bloc opératoire.


Le suivi des patients

Le suivi des patients est fondamental, pour de nombreux auteurs l’absence de suivi est responsable de la plupart des échecs quelque soit les techniques utilisées.
Ce suivi doit s’articuler autour de tous les acteurs de santé ayant participé à la sélection des patients, le chirurgien, le nutritionniste, le psychologue, mais également radiologues et gastro-entérologues. Le suivi doit se faire avec une fréquence suffisante pour pouvoir détecter et corriger les anomalies métaboliques ou nutritionnelles. On considère qu’une consultation tous les deux mois devrait suffire.
Pendant ce suivi des bilans biologiques et morphologiques doivent vérifier l’absence de carence ou d’anomalie et suivre les facteurs de Co-morbidités. Ce bilan doit être complété en cas de symptômes anormaux comme des vomissements ou douleurs abdominales.
Ce suivi doit se prolonger à cette fréquence jusqu’à la stabilisation de la courbe de perte de poids puis peut être espacé à une ou deux fois par an.

Conclusion

La prise en charge chirurgicale des patients obèses n’est pas simple, elle passe toujours par une prise en charge multidisciplinaire et doit se faire par des équipes entraînés et ayant une logistique adaptée. Le choix de l’intervention doit se faire en fonction du comportement alimentaire des patients. Le suivi est fondamentale, il conditionne les résultats et permet de prévenir les complications quelque soit le type d’intervention.
Le rôle d’une société savante telle que la SOFFCO.MM est d’assurer, le respect de la charte de bonne pratique, la formation des chirurgiens aux différentes techniques, discuter avec les tutelles pour établir des contrats de bonne pratique, colliger les informations par la mise en place d’un registre de l’obésité qui sera à l’avenir obligatoire pour chaque chirurgien pour valider sa pratique.




Info-Dev

  • Info-Dev

Partenaires

COUSIN  ALLERGAN  COVIDIEN 

IFSO

MembreIFSO

SOFFCO.MM, Copyright © 2008-2011 Tous droits réservés